ART PLASTIQUES

Arts plastiques

jaybatlleportrait

 

 

 

 

 

Jay Batlle nous conte son art.

 Son parcours

– Jay Batlle, pouvez-vous nous parler de vous ?

J’ai grandi dans le sud de la Californie des années 90. Je me souviens des barbecues de mon beau-père, quand j’étais petit : du poulet carbonisé à l’extérieur et saignant à l’intérieur

Heureusement ma mère était –  et demeure – une excellente cuisinière italienne, ainsi je savais déjà distinguer la bonne nourriture de la mauvaise. Je me suis mis aux fourneaux parce que ma cuisine était si appétissante, que je pouvais en manger. À neuf ans, j’ai pris des leçons de cuisine auprès de Ken Hom qui m’enseigna l’art du canard laqué. La dernière fois que j’ai fait cette recette, j’étais dans le Sud-Ouest de la France, où je passe mes étés, j’avais acheté du canard local, une volaille gavée spécial foie gras. Avant de finir les canards sur le grill, je les ai tous deux séchés une semaine durant comme on le fait à Pékin.

 

cassoulet

 

 

 

 

 

Cassoulet

– Qu’est-ce qui vous amène à travailler un thème comme celui de la nourriture ?

Je fais de l’art depuis que je sais tenir un crayon. Enfant, j’avais des visions de ce que je peins et dessine. J’ai suivi des études d’art à l’Université de Los Angeles, où j’ai fait les bancs avec un certain nombre d’artistes bien connus aujourd’hui, je mangeais beaucoup de sushis à l’époque. D’ailleurs il y avait un restaurant en ville avec un menu buffet à volonté à coût fixe. J’y mangeais tant et tellement souvent qu’ils ont fini par faire faillite. Âgé de 21 ans, mon premier diplôme universitaire en poche, une bourse d’études me permet d’aller étudier en Hollande, à  l’académie artistique Ateliers 63, où je montai une « bourses d’études supérieures du fromage et de la bière ».  Une fois, j’ai même fait un barbecue coréen pour tout l’institut. Le plus difficile, c’était de trouver des kimchis à Amsterdam (c’était avant internet, les gars).  Finalement, comme je ne travaillais pas suffisamment, j’ai été viré de l’école.

De retour à NYC, pour arrondir mes fins de mois d’artiste j’ai commencé à travailler dans une sandwicherie. Quelques années plus tard, je me retrouvais à la tête d’un restaurant français avec un effectif de 30 personnes pour 300 couverts. Les Christo y avaient leurs habitudes.

Tous les lundis soirs, je dînais d’un moules-frites arrosé d’une bouteille de Picpoul : cela reste un souvenir mémorable.

v-o-p-veryoldpeople

 

 

 

 

 

Very Old People (V.O.P.) (des gens très âgés)

Je me suis retiré du monde culinaire depuis presque une dizaine d’années, mais certaines de ces expériences sont ancrées dans ma façon de faire de l’art.

Cela fera bientôt vingt ans  que je suis basé à NYC, et je passe mes étés entre l’Angleterre et la France où je continue de travailler en studio. J’ai exposé mon travail en Europe, en Russie, à Dubai, au Pérou, au Chili et même dans le Tennessee.

-Avez-vous un message particulier à passer à travers votre art ?

Je n’ai pas vraiment de message à l’esprit quand je peins ou quand je dessine. J’espère que le public se fera sa propre opinion. Ce qui est sûr c’est que je me fixe beaucoup de règles et de contraintes pour me donner autant de liberté que possible dans le processus de création.

-Vous voulez bien nous parler d’une œuvre spéciale et de son processus de création ?

Après le Vernissage

J’ai fait ce travail de captation intitulé « Après le Vernissage » avec 30 bouteilles de très bon vin français offert par un ami collectionneur.  Le lendemain matin, après son départ, je me suis filmé en train de vider toutes les bouteilles dans l’évier sur l’air  de Brahms Opus 3.  Quelquefois ce genre de travail se fait spontanément. J’ai eu beaucoup de chance, je trouve que  cela correspond précisément à mon langage d’artiste visuel.

J’ai  projeté la vidéo Après Le Vernissage plus d’une fois à New York. C’est une performance qui fait désormais partie d’une collection privée  importante de NYC où l’acquéreur la fait tourner en boucle chez lui dans une chambre d’amis.

-Parlez-nous de vos débuts d’artistes et de vos futurs projets ?

Ces huit dernières années je me suis concentré sur des tableaux inspirés de motifs artistiques traditionnels  avec des menus et de la papeterie de restaurant en toile de fonds.  J’ai baptisé ce projet “Stationery Series” (série papeterie).russianteabagroomtwo

 

 

 

 

Russian Tea Bag Room Two (chambre sachet de thé russe 2)

dirtyrice

 

 

 

 

 

Dirty rice (riz cajun)

“Dirty Rice” (Riz Cajun) est un des premiers tableaux que j’ai réalisé sur support de papier élargi issu du restaurant Provence où je travaillais à l‘époque. Il représente un très bon ami à moi  endormi dans son lit avec son lurcher “Kitmir”. Dans cette série, de nouvelles créations seront présentées cette année, en même temps que de grands tapis inspirés du restaurant New Yorkais Les quatre saisons, dans le cadre d’une exposition individuelle au Musée des Beaux-Arts de Santiago du Chili. L’expo s’intitulera “Closed for Business” (Fermé Pour Affaires) et ce sera la présentation finale de cet ensemble de travail d’inspiration « menu », je pense.

Jay Batlle 2017